à ce jour 943 Communes

refusent le compteur LINKY !

Retrouvez la liste ici

( en bas de la page )

Le linky n'est pas

 Obligatoire

 

Refuser le compteur Linky

est légal et sans risque

 

Signez la pétition

Incendies : arrêtez le programme Linky
et remettez-moi un compteur ordinaire !

 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Touche pas à mon compteur

ATTENTION !

Si vous installez des panneaux photovoltaïques ...

 

pour le raccordement au réseau un compteur LINKY

vous sera posé à la place de votre compteur actuel !

Plus d'informations ici

Compteur accessible : seul le barricadage pourra vous protéger d'une pose forcée.
 
Barricader son compteur n'est puni par aucun texte pénal. Une seule personne en France poursuivie à ce jour par Enedis. Vos chances de l'être sont infimes.
 
l'Association Justice et Solidarité Citoyenne a été créée pour soutenir financièrement les personnes qui se verraient inquiétées. Tous les détails ICI

Le compteur LINKY n'est pas obligatoire

car en droit nul ne peut imposer un objet connecté

On a donc le droit de refuser le Compteur LINKY

 

Arrêté du 9 juin 2016 fixant les modalités d'application du titre II

du décret n° 2001-387 du 3 mai 2001 relatif au contrôle

des instruments de mesure

MEDIAS

 

Ce site soutient cet Appel

 

Signez cet appel en cliquant sur l'image et lire le texte en Français ici

 

Touche pas à mon compteur une émission présentée par Maud Bigand
 

Aujourd’hui, deuxième partie d’une émission à consonante sociologique : La réforme des retraites provoque une levée de boucliers et une réelle réaction de la part de la population. Mais pourquoi ces réactions générales sont-elles si rares, alors qu’on nous fait avaler couleuvre après couleuvre depuis si longtemps ?

Liens à Consulter :

 

Quels sont les traits de caractère humains qui sont utilisés pour faire passer des réformes qui semblent être liberticides ou une régression sociale ?

 

Suite de l’analyse – Pour les autres aspects (atavisme social, adaptabilité, espoir, volonté de croire en la bienveillance rassurante des figures d’autorité), se reporter à l’émission de la semaine dernière.

 

 

  • Il est important de réagir, pour ne pas jouer le jeu de certains cercles du pouvoir.

 

F Douglass, ancien esclave noir ayant écrit ses mémoires : Trouvez dans quelle mesure un peuple est prêt à subir, et vous aurez la mesure exacte du mal qui lui sera fait

 

  • Rappel d’un élément évoqué la semaine dernière :

 

Confession qu’on prête à Juncker, ancien leader de la Commission Européenne :

qui aurait déclaré à un journaliste du « Spiegel » (N° 52/1999, p. 136) :

 D’abord, nous décidons quelque chose, puis on le lance publiquement. Ensuite, nous attendons un peu et nous regardons comment ça réagit. Si cela ne fait pas scandale et ne provoque pas d’émeutes, parce que la plupart des gens  ne se sont même pas rendu compte de ce qui a été décidé, nous continuons pas à pas, jusqu’à ce qu’aucun retour ne soit possible »

 

Réactions diverses et graduées : pétitions, manifestations, grèves, boycotts, ou actions associatives, ou municipales :

 

Article « Municipalisme : A nous de reprendre le pouvoir » - Magazine Nexus : Nov-Dec 2019 : https://www.nexus.fr/actualite/societe/municipalisme-a-de-reprendre-pouvoir/

 

 

Une des raisons qui font qu’on ne réagit pas face à des mesures régressives est la difficulté à se projeter concrètement dans l’avenir et à visualiser les conséquences des décisions ou tendances actuelles :

 

+ Tendance humaine : on ne réagit que quand on est au pied du mur, et il est souvent trop tard pour une action concertée, généralisée et organisée, donc efficace.

 

+ les mesures ayant été annoncées à l’avance, ou des mesures intermédiaires dans la même veine ayant été prises sans réaction du peuple auparavant (parce qu’elles étaient encore supportables), les gens ont l’impression d’être les seuls à en être indignés, puisque les autres n’ont pas réagi, et se disent que les autres l’acceptent, donc, qu’isolés, ils n’ont aucune chance de faire une différence. Et cet isolement donne un sentiment d’impuissance.

 

Gestion des difficultés quotidiennes des gens : « fine line » :

 

  • Trop de difficultés, et ils vont finir par ne plus avoir le choix que de réagir, mais

  • Juste la bonne dose de difficultés, et ils ne peuvent se permettre de protester :

    • risque de perdre une partie de leur faible salaire s’ils font grève

    • pas de temps disponible pour discuter, s’unir et agir car trop occupé à « faire bouillir la marmite », souvent à coup d’heures supplémentaires

    • trop fatigué pour avoir encore l’énergie de s’investir, et envie simplement de se détendre (détournement de la pensée vers des loisirs (tittytainment) – avant, c’était l’absinthe, comme dans l’Assomoir de Zola – mais au moins, au café où les hommes se saoûlaient pour oublier leurs difficultés, ils pouvaient discuter entre eux. Maintenant, c’est surtout face à la solitude de la TV que les gens essaient de reprendre leur souffle le soir…)

 

Les réseaux sociaux et autres outils internet ont remplacé le café du commerce où on échangeait sur les nouvelles, et peuvent aider à savoir qu’on n’est pas seul à penser ceci ou cela. Ex : pétitions en ligne,

Mais comme les autorités se fichent des pétitions comme de leur première chemise, et que la majorité des gens ont l’impression d’avoir agi en signant une pétition et ne font pas d’autres démarches, cela renforce l’impression d’impuissance générale. Par contre, cela conforte la population dans le sentiment que les autorités prennent des décisions contre leur volonté) = démocrature de + en + apparente.

 

 

  • Un autre trait habituel est la foi en l’autorité – l’habitude de délégation de son pouvoir - La croyance en notre impuissance:

    • « Nos gouvernants ont nos meilleurs intérêts à cœur et s’appuient sur des « experts » pour prendre les décisions, qui sont donc prises dans notre intérêt »

    • Ils sont plus compétents que nous (« utilisation de la « science » pour cautionner - reportages avec « experts », même publicités – dentifrice ! vanté par blouses blanches, graphique sans légende à l’appui !)

    • En dernier recours, si mesure trop visiblement négative au niveau individuel : on ressort l’argument de l’intérêt collectif qui prime sur l’intérêt individuel,

    • Ou on encourage le sentiment d’impuissance et on s’appuie sur des stratégies de découragement :

      • comme avec le linky, on utilise le réflexe pavlovien d’obéissance à la phrase « c’est obligatoire », « inutile de résister, tout le monde l’aura en final »

      • encouragement de l’abandon dès le début « qu’est-ce qu’on y peut ? C’est comme ça. C’est pas nous qui décidons. Ils sont trop puissants, etc…

 

 

 

Parfois, les régressions sont cachées dans des mesures positives en apparence :

 

Exemple : Dans le RGPD ((Règlement Général pour le Protection des Données), censé aider à protéger la vie privée des citoyens, se cache une mesure contraire :

 

Avec la réaction de la CNIL face à la mairie de Nice, prétendant avoir eu l’accord préalable de la CNIL pour tester la reconnaissance faciale à Nice durant le Carnaval, on apprend que la CNIL, depuis le RGPD, n’a plus à donner son accord sur le sujet…

 

https://twitter.com/CNIL/status/1097789727485427712

 

Nullement rebutée par le résultat de l’utilisation de la Reconnaissance Faciale en Chine (mise en place du « Permis de vivre à points », appelé le « Crédit Social », pour une société orwellienne, dont on a déjà parlé dans cette émission cet automne), le gouvernement cherche à avancer rapidement sur le sujet, en prévision des jeux olympiques de 2024, comme décrit dans l’article :

« Reconnaissance faciale : la CNIL tique sur le bilan de l’expérience niçoise »

28 août 2019 https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/08/28/reconnaissance-faciale-la-cnil-tique-sur-le-bilan-de-l-experience-nicoise_5503769_4408996.html

 

Donc, le gouvernement lance ALICEM : Authentification en Ligne Certifiée sur Mobile

Premier pas dans cette direction, et dénoncé, entre autre, par l’association « La Quadrature du Net » :

« La Quadrature du Net attaque l’application ALICEM, contre la généralisation de la reconnaissance faciale » - 17 juillet 2019

https://www.laquadrature.net/2019/07/17/la-quadrature-du-net-attaque-lapplication-alicem-contre-la-generalisation-de-la-reconnaissance-faciale/

 

Qui avertit sur les dangers de la reconnaissance faciale :

 

« Le vrai visage de la reconnaissance faciale » - 21 juin 2019

https://www.laquadrature.net/2019/06/21/le-vrai-visage-de-la-reconnaissance-faciale/

 

 

  • Se poser la question : à qui ça profite ? 

 

    • Exemple pour la réforme des retraites : Les fonds de pension et autres organismes de retraites privés, et l’Etat, qui pourra, en fixant la valeur du point chaque année, décider de limiter les fonds alloués aux retraites et donc détourner de l’argent vers d’autres postes, ce qui aurait été impossible avec un système de cotisations fléchées vers cet unique but d’alimenter les caisses de retraites.

 

    • Autre exemple, dans le cadre des pesticides, voire des firmes pharmaceutiques :

 

Ex : Validation par l’ANSES des fongicides SDHI qui s’attaquent au vivant, y compris les hommes, malgré la sonnette d’alarme tirée par de nombreux scientifiques (respiration cellulaire – mitochondriale – attaquée, ce qui « cancérise » les cellules) – dénoncé par Fabrice Nicolino dans le livre « Le Crime est presque parfait »

 

http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Crime_est_presque_parfait_(Le)-9791020907424-1-1-0-1.html

 


Face à réseaux d’influence et de pouvoir bien en place dans la société, et aux systèmes mis en place pour assurer le maintien de cet ordre établi (législatif, exécutif, juridique, médiatique), quand cet ordre devient hostile au plus grand nombre et favorise seulement unepetite partie de la population, seule l’union des individus dans un vaste mouvement concerté peut faire évoluer les choses…